Rencontre avec Patrick Laverdant, photographe mauricien

Rencontré amicalement et brièvement dans la baie de Tamarin, lors de notre reportage à Maurice, Patrick Laverdant n’aime pas parler de lui mais pourtant il échange, certes à travers son regard, mais grâce à lui les rapports humains deviennent très simples.

une-laverdant

Son voyage à Maurice témoigne, comme il le dit, « de la diversité de son île natale, de l’intensité de ses communautés multiraciales, ainsi que de la fragilité de ses traditions locales, de son architecture et de son environnement. »

Autodidacte et travailleur autonome pendant plus de 20 ans dans l’industrie du surf :  » le temps était venu de libérer l’artiste en moi. » En 2007, il entame son voyage photographique à travers Maurice, et cette aventure continue encore. Le choix de la sélection pour ce portfolio a été difficile, des centaines de photos surgissant sur son site : portraits, régates, pécheurs, scènes de rue, paysages, art de la nature … Et la couleur devient Noir & Blanc.

Les émotions sont bien là, paisibles mais non moins fortes. La beauté de Maurice déjà reconnue par tous, s’y trouve sublimée par une esthétique sans faille et on ressent fortement la tolérance, impressionnante conséquence de cette diversité ethnique et donc spirituelle de l’île. A consulter impérativement.

Regardez le portfolio de Patrick Laverdant :

 

 

AG : Tu te dis « autodidacte en photo ». De quand date cette passion ? Quand as-tu eu le déclic ?
PL : Mes premières expériences photos datent de 1980 et n’ont duré que quelques années, l’accès au matériel photo étant alors très limité à Maurice. Ce n’est qu’en 2007 que j’ai eu envie de m’y remettre, alors que le numérique avait pris le dessus sur l’argentique. Les équipements sont devenus nettement plus accessibles grâce à internet, il n’en fallait pas plus pour franchir le pas. Les saunières des salines de l’ouest ont été l’objet de ma reprise photographique, avec en parallèle des rencontres très fortes. Depuis, je suis resté dans cette démarche, liant à mon travail de photographe un intérêt pour les gens, les différentes cultures et traditions de mon île.

AG : Tu as traduit beaucoup de tes photos en Noir et Blanc. Quand tu les as prises, avais tu prévu cette conversion de la couleur vers le Noir et Blanc ?
PL : Il est vrai que j’ai une préférence pour le Noir et Blanc qui nous mène directement au cœur du sujet, sans distraction. Il m’arrive d’évaluer rapidement si le sujet sera bon pour le noir et blanc, et si tel est le cas, je cherche le meilleur angle par rapport à la lumière et cadre en fonction de l’action.

AG : Tes thèmes sont nombreux (people, landscapes, art of nature..), ancrés dans la réalité jusque’ à atteindre l’abstraction, explique nous ta démarche ?
PL: Je me cherche encore et n’aime pas la routine. La variation dans le choix de thèmes permet de prendre du recul pour revenir avec un nouveau regard plus tard sur le même thème. Je peux ainsi en retirer d’autres facettes, aussi bien émotionnelles qu’esthétiques. Mon voyage photographique à l’île Maurice est loin d’être achevé, il y a une telle palette de sujets, des lumières tellement différentes qu’on ne finira jamais d’en faire le tour.

AG : Tu dis que la plupart de tes clichés sont spontanés ?
PL : Le conceptuel ne fait pas encore parti de ma démarche. Je vais plutôt à la rencontre de situations et de lieux avec rien de précis en tête et laisse la magie opérer. J’aime être attentif à se qui se passe autour de moi, dans l’instant présent et ne suis que témoin de la vie qui passe entraînant avec elle des joies et des peines.

Pas encore de commentaires

Comments are closed

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.
preloader