Zoom sur : Island Cane, un petit nouveau dans la cours des grands

Comme dans toute les îles Caribéennes, la production rhumière et l’industrie cannière ont également impactées Saint-Martin il fût un temps… Très rapidement, après la « découverte » (d’un point de vue Européen…) par Christophe Colomb le 11 novembre 1493 au retour d’Hispaniola (île divisée en deux pays et que l’on appelle aujourd’hui : République Dominicaine et Haïti), des plantations agricoles ont vu le jour : café, cacao, tabac, indigo, coton, puis enfin, la canne à sucre.

De par les pillages et attaques incessantes des corsaires et flibustiers Espagnols, Français, Anglais, Hollandais et Flamands, « Soualiga » (nom de Saint-Martin en langue Caraïbes signifiant « l’île au sel »), la culture cannière n’a jamais été industrialisée comme elle a pu l’être dans les Petites Antilles.

A son pic d’activité, fin XVIIIème siècle, seulement une vingtaine d’Habitations étaient en fonctionnement… Economiquement parlant, la canne à sucre à définitivement quittée l’île en 1915 avec la fermeture de la sucrerie Spring qui était située à Marigot. Depuis, entre les exploitations de sel et le boom touristique, les Saint-Martinois(es) ne connaissent en rhums « locaux » que les punchs Ma Doudou, les liqueurs Topper’s Rhum et les fameux Old Man Guavaberry, dont on ne connait pas grand-chose officiellement de leurs provenances…

Mais depuis le 15 juillet de cette année, la Friendly Island a de nouveau une vraie marque locale : les rhums Island Cane.

Island cane rhums
© Johan Morel

Après avoir fait carrière dans l’immobilier en Guadeloupe, Olivier Kleinhans se reconvertie en négociant en vin lorsqu’il arrive à Saint-Martin avec sa femme Valérie et leur fils Thomas.

Ensemble, ils ouvrent « Wines Selection », une société de distribution de vins et champagne située à Hope Estate. 10 ans après avoir débuté cette affaire, en passionné d’Histoire et amoureux de SXM, Olivier s’est mis en tête de refaire vivre l’esprit du rhum à Saint Martin avec Christophe Louis, un ami Guadeloupéen de longue date.

Parrainée par Stéphane Collaro et sans moyens techniques ni financiers pour monter une plantation-distillerie, la famille Kleinhans se lance donc dans l’aventure rhumière à travers le métier de négociant.

Par connexion et facilité, les rhums de base qui servent aux assemblages des rhums Island Cane proviennent de 3 distilleries différentes, toutes situées en Guadeloupe : Grande Terre, Basse Terre et Marie Galante comprise donc. Par clause de confidentialité, les noms des distilleries resteront secrets ! Même si forcément, quelques noms sortent du lot quand on connait les capacités de chacune à produire et vendre une partie de leurs stocks…

Island cane rhums
© Johan Morel

Cette partie-là, c’est Christophe qui en est chargé. « Nous achetons plusieurs blancs, du vieux 3 ans et plusieurs vieux hors d’âge que nous sélectionnons selon leurs arômes et potentiels d’assemblages » avance Christophe. « Chaque rhum (déjà acheté réduit) est ensuite retravaillé dans l’atelier, situé à côté de la cave à vin, afin de donner les caractéristiques identitaires et qu’ils deviennent ainsi, des rhums Saint-Martinois. » poursuit Olivier sur sa partie du boulot… Sa femme et son fils s’occupent eux des parties administrative et commerciale.

Après plusieurs mois de discussions, d’élaboration de cahier des charges, de dizaines de recettes et de centaines de dégustations à l’aveugle, 5 produits ont finalement passés l’intégralité des tests.

Les cuvées Tradition (assemblage de rhums blancs industriels, 40%), Agricole (rhum blanc agricole, 50%) et Gold (assemblage de Tradition et d’Agricole, élevé en fût de chêne français toasté) sont plutôt orientées cocktails tandis que les VO (rhum agricole âgé de 3 ans, 45%) et XO (assemblage de rhums agricoles compris entre 8 et 12 ans, 45%) tendent vers la dégustation.

Paul Caris, œnologue et ancien maitre de chais chez Cognac Ferrand et Plantation Rum, a aidé Olivier dans sa quête des assemblages parfaits… Ainsi, la plupart des rhums Island Cane sont naturels mais par exemple, pour la cuvée Gold, une édulcoration par ajout de sucre à hauteur de 3% et une « infusion de boisé » (j’imagine que cette expression veut dire utilisation de copeaux mais je n’ai pas eu plus de détails là-dessus, ni sur sa durée d’ailleurs…) a eu lieu.

Une dizaine de fûts de chêne français de 300 litres sont actuellement dans l’atelier et attendent patiemment d’être assemblés. Avant d’être embouteillés, les rhums Island Cane sont tous réduits et filtrés. « Ce qui en ressort est le résultat attendu, à savoir un positionnement aromatique pile-poil entre les rhums Français plutôt secs et les rhums d’Amérique du Sud, qui sont eux, sucrés. » se confie Olivier.

Côte marketing, c’est Johan Morel, le graphiste et webmaster de l’équipe qui a créé l’étiquette. « Le pélican est un des symboles de Saint Martin et une carte en arrière-plan vient renforcer l’identité en plus. L’année 1648 fait référence à l’apparition de la culture de la canne sur l’île ». De plus, chaque référence de la gamme est codifiée par des opercules de couleurs différentes et sont donc facilement identifiables : orange pour le Tradition, vert pour l’Agricole, cyan pour le Gold, rose pour le VO, violet pour le XO et jaune pour le sirop de sucre de canne. Impossible donc de confondre avec Cane Island, une autre marque de négoce située elle en Hollande…


Pour l’instant uniquement disponible sur l’île de Saint-Martin via des épiceries, quelques restaurants et la GMS, Olivier, Valérie, Thomas, Christophe et Lisa espèrent pouvoir exporter leurs rhums dans les îles voisines et même à l’international via l’IAADFS (International Association of Airport and Duty Free Stores).

L’avenir est également porté vers la nouveauté car d’ici septembre, les cuvées Authentique et Héritage viendront s’ajouter à l’offre, et les jus proviendront cette fois-ci de la plus belle île au monde (un peu de chauvinisme ne fait pas de mal…), à savoir : la Martinique !

D’autres surprises comme des versions brut de fût, vieillissement avec finition, millésimés et autres monovariétaux sont également envisageables dans un futur pas si lointain que ça. « La marque est conçue pour durer et la famille Kleinhans ne manque pas d’idées.

Il y avait pas mal de monde lors de notre soirée de lancement, les premiers retours sont positifs et nous sommes déjà en rupture sur les premiers tirages (environ 2000 flacons toutes références confondues)… Ça ne laisse que présager du bon pour la suite » conclue Olivier. Chez Rumporter c’est tout le malheur que nous leur souhaitons en tout cas !

Mes échantillons étant actuellement en plein milieu de l’Atlantique, je n’ai malheureusement pas encore gouté ces rhums, mais disons qu’avec la fiscalité avantageuse que propose Saint-Martin, les rhums Island Cane ont peu de chances d’avoir un mauvais rapport qualité/prix… Avis à celles et ceux qui y seront de passage, il faudra débourser au minimum 8€ pour une bouteille de Tradition en 70cl et maximum 27€ pour une bouteille de XO en 70cl, ce qui est très abordable peu importe la bourse.

La Gamme Island Cane

(Descriptif organoleptique fourni par Island Cane)

Gamme des rhums Island Cane

Tradition : Très fin, de caractère rond et tonique, nous replongeant dans les rhums d’autrefois. En nez, il exprime des notes florales et végétales, légèrement herbacée en bouche. Idéal en cocktails.

Agricole : Nez intense marqué d’une douceur inhabituelle avec un parfait équilibre entre les différentes cuvées qui le compose. Progressivement réduit à 50%, il se déguste essentiellement sec, sur glace ou en ti punch.

Gold : Rond et aromatique, ce rhum toasté incarne l’essence de l’île de Saint-Martin avec sa richesse culturelle et son histoire. Il s’apprécie en ti punch ou cocktails plus élaborés.

VO : Le nez de ce rhum dévoile une intensité aromatique remarquable, sur les fruits et la torréfaction. Ce bel équilibre lui confère une rondeur agréable, accompagnée d’une longueur franche en bouche. Parfait pour les cocktails de luxe et la dégustation, sec ou sur glace.

XO : Le nez de ce rhum dévoile un bel équilibre entre les notes boisées et chocolatées. En bouche, c’est la banane grillée qui domine, avec une finale longue et ronde. Se consomme de préférence en dégustation, sec ou sur glace.

 


Rhum Island Cane

Ma Provence Wines Selection / Rhum Island Cane
9, rue Aborigènes, ZAC Hope Estate
97150 Saint-Martin
(+590) 06.90.24.39.41
www.rhumisland.com
contact@rhumisland.com
Facebook

Pas encore de commentaires

Comments are closed

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.

Inscrivez-vous à notre newsletter et téléchargez
Le Hors-série Mixologie

Merci pour votre inscription

Something went wrong.

preloader