Dégustation de 4 Clément : les rivages de l’amer

Avec son paysage encombré d’arbres et de jolis bâtiments d’exploitation, le parc de l’Habitation Clément est un jardin remarquable. Les chemins courent de droite et de gauche, fouillant nos envies comme nos humeurs, nous remettant sur la route de ce qu’ils sont : une déambulation artistique au centre-est de la Martinique.

Pour ceux qui savent y faire, l’histoire n’est jamais une contrainte. Le domaine est ainsi né de l’agrégation des propriétés sucrières qui l’entouraient : ces terres qu’Homère Clément acquiert en 1887. Pour reprendre une jolie vue d’Aimé Césaire, il n’y a ici pas beaucoup de blanc à remplir sur la carte voyageuse du pollen … et moins encore des graines : ces terres étant couvertes de canne à sucre. C’est ainsi que presque mécaniquement la distillerie s’y ajoutera en 1917. Grandir est un choix.

Pour ceux qui savent déchiffrer la géographie des paysages, les seize hectares de parc du domaine de l’Acajou, au François, sont aménagés en courbes et en courbarils. Ils déploient une rare collection de 300 essences tropicales : flamboyants et tamariniers marqueurs d’habitation, acajous et manguiers qui jouxtent la maison principale aux tuiles ‘essentes’ coiffées d’écailles, mombins ou figuiers maudits qui offrent un écrin naturel aux bassins de décantation transformés en pièces d’eau. Alors, les choses se mettent en place pour un spectacle total : le long de ces mares, l’allée de palmiers royaux mène au verger tropical d’où l’on peut voir l’ancien moulin à bêtes. Revenir sur ses pas c’est croiser la Fondation Clément, la sphère muséale pour la promotion des arts caribéens, l’espace qui ajoute à la distinction patrimoniale du lieu.

Cette dégustation je l’ai faite avec Jean-Claude Liméa dont l’expertise encyclopédique et l’œil de photographe bonifient la dégustation qui suit.

Clément Single Cask 2004, ‘100% canne bleue’ Fût de Bourbon, Très Vieux Rhum Agricole SC 20030047 40.9%

A l’œil ce rhum est limpide et son ambre soutenue. Un beau disque de gras se forme sur le dessus de la paraison alors qu’au pourtour du verre des jambes déconstruites se forment : se dégagent visuellement l’impression d’une grande onctuosité.

Nez : la vanille marque de sa présence l’entrée en matière (en gousse plus qu’en graine), avant de se fondre dans le bois. Un bois jaune et assez astringent qui offre des notes acides (mirabelle verte) et exotiques (fruit de la passion). Le nez est charmeur bien qu’un peu linéaire.

Bouche : l’amertume est agréable (galanga, bois mouillé). L’accompagnent des notes de prunelle et d’amandon. Les épices se mettent en place mais sont peu marquées. Le tout est simple et sans grande substance, la bouche ne confirmant pas le nez.

Finale : courte et toastée (bâton de réglisse), elle est marquée par une amertume fine et l’astringence qui va avec. Le poivre blanc est présent, accentuant le manque de tenue de l’alcool qui n’est pas suffisamment intégré. Sans être désagréable du tout, cette expression nous laisse sur notre faim.


Clément Single Cask 2003, ‘Vanille intense’ Fût de Bourbon, Très Vieux Rhum Agricole SC 20070015 41.5%

A l’œil, une robe d’un cuir légèrement usé, proche du velours, avec de jolis reflets d’un jaune paille, soutenu par endroit. Les jambes qui se forment au pourtour du calice du verre sont nombreuses et lourdes d’apparence.

Nez : linéaire et sans grande complexité mais le bois est bien intégré, laissant place à une vanille très fraîche : sur les graines extraites.

Bouche : complexe. Le bois exotique prend de jolies notes végétales. La finesse du galanga allège le caractère réglissé (bâton de réglisse). Des épices viennent donner du volume (poivre blanc, cannellier de Ceylan). L’amertume est présente mais pas désagréable la balance est là, assez équilibrée. Le tout est sous-tendu par une jolie acidité (pomme granny-smith). En fin de bouche, quelques zestes d’agrume s’invitent au voyage sans que l’astringence ne couvre l’ensemble. La palette aromatique manque toutefois d’un peu de tension.

Finale : boisée et vanillée, saupoudrée de bois exotique. Par certains traits elle n’est pas sans rappeler certains Reimonenq.


Clément Millésime 2002, Très Vieux Rhum Agricole 42%

A l’œil l’acajou s’assagit. Le tout est limpide et les jambes nombreuses au calice.

Nez : intense malgré des notes de bois humide parfois trop marquées qui donne une impression d’ensemble boisée. La vanille est bien présente, comme l’amer de l’orange de Séville.

Bouche : l’attaque est toute entière orientée vers de la sucrosité acide des figues et de l’amertume épicée du galanga. Les dattes sèches, la cannelle et le zan complètent le tableau d’ensemble.

Finale : profonde mais asséchante. Les tonalités aromatiques restent évasives.


Clément 15 ans, Rhum Hors d’âge 42%

Robe acajou aux reflets or et roux. L’ensemble est limpide, les jambes sont présentes bien que peu nombreuses même si la collerette qui se forme sur les parois internes du calice, présente de nombreux points de départ.

Nez : proche de la terre humide (pétrichor), il se prolonge sur des notes légèrement fumées et marquées par l’alcool. La vanilline s’invite à la dégustation ainsi que des notes d’orange amère qui présentent en deuxième nez une légère astringence.

Bouche : gourmande et ronde, les figues, le moka amer et les dattes se disputent l’avant-scène. Le bois de cannelier offre également son piquant sans toutefois créer de longueur réelle. D’une manière générale, l’ensemble manque d’un peu de tonicité pour que le tout s’exprime pleinement.

Finale : mono ciblée, le bois frais et l’anis pointent vers un boisé exotique. Le tout est agréable mais sans surprise, manque d’ouverture et d’un volant aromatique propre à offrir une longueur appréciable. Quelques notes de mandarine se révèlent en toute fin.

Pas encore de commentaires

Comments are closed

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.
preloader