Seules les jeunes distilleries vendent leurs liquides

DSC00107 - Copie

Florent Beuchet est apparu, dans le paysage du rhum, il y a trois seulement ans avec sa marque d’embouteillage Compagnie des Indes. Jeune, dynamique et plutôt très sympathique, il a rapidement rencontré le succès grâce à des embouteillages originaux tant par les origines (tel son Arrak indonésien), les packagings, qu’à travers une politique de transparence (sur les taux de sucre par exemple). Aujourd’hui, son optimisme est un peu terni par l’évolution d’un marché qui assèche les stocks. Mais il est jeune et trouvera sûrement des solutions.

Seules les jeunes distilleries vendent leurs liquides

Rumporter : Tu as lancé ta gamme d’embouteillage indépendant, il y a a seulement 3 ans, qu’est ce qui t’a poussé à le faire ?
Florent Beuchet : A mon retour des Etats-Unis, après avoir travaillé pour Banks Rums, j’ai constaté que les rhums vendus en France n’étaient pas toujours très authentiques. En créant Compagnie Des Indes, je souhaitais faire voyager le consommateur vers des rhums représentant leur territoire d’origine. L’idée était de casser les idées reçues sur les rhums et de rééduquer le consommateur à boire des rhums qui ont le goût de rhums.

Rumporter : Quelles sont les difficultés qu’on rencontre au début ?
FB : Apprendre à gérer des stocks, ne pas tomber dans l’engrenage des rhums artificiels qui se vendent beaucoup plus facilement, sans effort. Il s’agit en fait de suivre mon propre instinct, et embouteiller des rhums qui, avant tout, me plaisent.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

Pas encore de commentaires

Comments are closed

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.

Vous devez avoir 18 ans

pour visiter ce site

X
preloader