Bar à cocktails : The Monkey Club à Lyon

Après l’explosion du Soda bar, Arnaud Grosset réitère avec cette seconde affaire, The Monkey Club. Cet as du shaker nous invite cette fois-ci à une escapade historique de l’autre côté de la Manche, en Grande-Bretagne à l’époque victorienne.

bar-lyon-monkey-clubA ce moment de l’histoire où les verres à cocktails étaient remplacés sans complexe par des tasses à thé en porcelaine et les concoctions alcoolisées servies dans un punch bowl en argent. Comment définir l’univers de The Monkey Club ? Adeptes du design, passez votre chemin. Pour les autres, ce bar aux allures de cabinet de curiosités se visite comme un véritable musée où l’on note chaque détail pittoresque du décor. D’un côté un petit salon intimiste, tapissé de cadres retraçant le passé de Londres et de la Grande-Bretagne à l’abri des regards pour une soirée en tête à tête. De l’autre côté du bar, une seconde salle réunit tous les amoureux de cocktails dans une atmosphère plus conviviale, habillée de coquets canapés en cuir et de vitrines regorgées de vestiges de taxidermie. N’oubliez pas de passer par la case « Salle des Monkeys » où s’affiche une collection de tableaux illustrant une série de singes vêtus comme des aristocrates anglais du XIXème siècle.

Après avoir flairé le décor, rendez-vous au comptoir avec Julien Péré, talentueux jeune chef barman et sa sympathique équipe pour vous imprégner de la carte de cocktails. Un menu tapissé d’un tissu liberty (of course !) composé de quelques jolis breuvages au rhum et 18 références pour la partie dégustation, focalisées sur la tendance de tradition hispanique « Nous avons six cocktails à base de rhum, certains sont des classiques d’autres des créations de barmen qui sont passés au Monkey avant moi. On joue sur un peu tous les styles pour répondre au mieux aux attentes des clients, du cocktail dry au cocktail façon tiki style » précise Julien Péré. L’élixir à découvrir pour cette rentrée : le Sherlock Swizzle à base de rhum, de cachaça, de citron vert, d’un sirop de noix de coco, et de falernum maison (liqueur à base de rhum et d’écorce d’agrumes) à découvrir rapidement au Monkey Club, armé d’une loupe et d’une pipe !


The Monkey Club

➔ 19, place Tolozan – 69001 Lyon

Pas encore de commentaires

Comments are closed

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.
preloader