Bacardi lance la Don Facundo collection en france

bacardi-articleL’événement n’était pas passé inaperçu, le lancement en 2013 de la gamme Don Facundo. Cette réaction de Bacardi à la montée en gamme de la catégorie rhum ne fut pourtant disponible que sur New York et Miami et en série limitée.

Deux ans après, on n’y croyait plus. Deux ans c’est certainement le temps qu’il a fallu pour procéder à des réglages et notamment créer des moules d bouteilles de 70 cl (rappelons que le format US est de 75 cl).

Nous écrivions en 2013 que « l’arrivée de cette nouvelle gamme, qui entend jouer dans la cour des meilleurs cognacs et single malts, était une bonne nouvelle pour l’industrie du rhum. »

Beaucoup de rhum et du beau rhum a coulé depuis mais la nouvelle reste majeure pour une catégorie qui continue à se chercher et qui devrait trouver là une (nouvelle) locomotive dans sa quête de l’excellence.

La gamme Don Facundo a été pensée intelligemment puisqu’elle s’étale sur une palette de prix soigneusement choisis par les habiles marqueteurs de la célèbre maison de Porto Rico et les bouteilles sont juste magnifiques ! Chaque flacon a été dessiné pour rendre hommage à l’Age d’or des cocktails de Cuba, lorsque l’établissement Art Déco de la famille, l’Edificio Bacardí, achevé en 1929, abritait l’un des bars les plus renommés de l’île dans les années 1930.

Neo (50€) est un rhum vieilli jusqu’à 8 ans et blanchi sous l’action du charbon de bois. Il est annoncé riche en texture avec des notes de fruits, de fleurs et de chêne et destiné aux cocktails « classiques ». Le deuxième de la collection est Eximo (70€), résultat d’un assemblage d’eaux-de-vie qui a, par la suite, été vieilli 10 ans de plus en fûts de chêne américain. Le X d’Eximo est la signature de ces 10 ans. C’est un rhum au corps riche avec des notes de noix et de vanille.

Assemblage soigneux d’eaux-de-vie de 7 à 23 ans, Exquisito (160€), avec sa finition en fût de sherry est annoncé comme un compagnon parfait pour la dégustation, seul ou sur un cigare avec des notes de fruits secs, de pain d’épices et de chêne toasté.

Clou du spectacle, Paraiso (350€) est selon Robert Burr, du Miami Rum Renaissance festival, « à la hauteur de sa promesse d’être une expérience paradisiaque pour le palais ». Il s’agit d’un assemblage de très vieux rhums (jusqu’à 23 ans) qui ont connu un passage en fûts de cognac. Il délivre des notes luxuriantes de raisin sec, de clou de girofle, de cannelle et de crème anglaise avec une finale d’une longueur appréciable.

Autant dire que nous avons hâte de pouvoir ouvrir les premiers flacons débarquées en France qui circulent pour l’instant dans la sphère des bars huppés…

Pas encore de commentaires

Comments are closed

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.
preloader