La Maison des Rhums

Cette épatante cave spécialisée dans les alcools de canne à sucre a ouvert ses portes loin de l’agitation du centre-ville lyonnais. Visite de ce lieu flairant bon l’exotisme pour amateurs de rhums de qualité et de cuvées d’exception du monde entier.

La Maison des RhumsÀ quelques dizaines de mètres du palais de justice et de la mairie du 3ème arrondissement, La Maison des Rhums a pris ses marques depuis son ouverture en septembre 2015, dans une rue fréquentée par les magistrats et les hauts fonctionnaires officiant aux alentours. Un environnement qui a séduit Christophe Porte, fondateur de cette caverne d’Ali Baba regorgeant de trésors de canne à sucre. « Il y a deux ans, j’ai constaté qu’il existait à Paris plusieurs boutiques dédiées aux rhums, Christian de Montaguère et A’Rhûm, mais encore aucun spécialiste à Lyon. Seulement quelques cavistes avec une offre rhum tendant à se développer. Tous les indicateurs étaient au vert pour ouvrir un lieu en vue de faire découvrir l’ensemble du patrimoine du rhum aux Lyonnais.» précise ce négociant en grands vins de Bourgogne à l’origine, qui n’est pas tombé par hasard dans le fan club des férus du rhum. Avec une partie de sa famille installée sur l’île aux fleurs, Christophe Porte s’est laissé bercer et captiver par les douces saveurs de la canne à sucre au point de visiter la plupart des distilleries de Martinique mais aussi celles de Guadeloupe, de La Barbade ou celle de Sainte-Lucie, et de rencontrer ses principaux acteurs. Un passe-temps se transformant au fil du temps en une véritable passion, puis en sa seconde activité professionnelle.

La Maison des RhumsAvec goût et quelques kilos de palettes de bois de récup, Christophe Porte a retapé cette ancienne agence d’assurance en une boutique aux allures de cabanon sauvage. Pour attirer le chaland, pas d’inquiétude, cet entrepreneur épicurien maîtrise parfaitement les stratèges d’un bon commerçant : devant la façade une effigie en bois pour jouer au pirate, une enseigne parée d’un perroquet corsaire et en vitrine trois kakemonos joliment illustrés de cocktails iconiques à base d’alcool de canne à sucre. Quant au décorum, ce caviste a joué la carte de la simplicité en classant dans une armada de casiers en bois, ses collections de bouteilles par origine et par famille. De part et d’autre du lieu, quelques affiches bigarrées (merci Pierre Moreau) glanées sur Rhum Fest soulignent l’esprit exotique. On notera les références musicales du maître des lieux avec cette phrase ornant l’un des murs, inspirée d’une chanson de George Moustaki : « Donne du rhum à ton homme et tu verras comme il t’aimera ». Mais parlons plus sérieusement et surtout de l’offre exhaustive de la Maison des Rhums : un incroyable voyage autour du monde sur 360° avec une sélection d’environ 600 références de tout horizon sans exception (des jus venus aussi d’Afrique du Sud, d’Australie et du Japon) dont 25 % de rhum agricole, la catégorie de prédilection de Christophe qui ajoute « Les rhums d’Amérique latine fonctionnent très bien ici pour les novices mais aussi les rhums arrangés. Le concept de la Maison des Rhums est d’offrir des produits non disponibles en grande distribution.». La visite démarre à droite par une kyrielle de rhums agricoles choisis avec une belle précision, Neisson, Bielle, La Favorite, et HSE « que je conseille aux néophytes pour sa superbe maîtrise de l’élevage notamment le Single Cask 2003 », ajoute Christophe Porte. « Beaucoup de mes clients passent du rhum de tradition hispanique au rhum de tradition anglaise avant de passer le cap du rhum agricole. Mon coup de cœur le plus récent reste le rhum d’Antigua, Whisper, créé par deux jeunes Français qui se lancent tout juste sur le marché». A gauche du magasin, direction l’Amérique latine et ses précieuses vieilles cuvées comme San Teresa 1796 du Venezuela ou les Centenario 12 ans, 20 et 30 ans, les pépites du Costa Rica. Des rhums vieux riches d’un passé qui fait mousser les ventes : «On raconte au client pour chacune des bouteilles son histoire, ses anecdotes, et ses particularités. Morgan qui m’accompagne au magasin et ancienne barmaid argumente sur la partie cocktail. ». Un bon point pour une clientèle lyonnaise adepte de mixologie. Pour les collectionneurs de la région, La Maison des Rhums expose à la vente quelques cuvées rares comme Neisson 1991 à 585 €, un Clément de 1952 à 1250 € ou les carafes Saint James 250 ans à 800 € pièce.

Parallèlement, la Maison multiplie les actions destinées aux profanes et aux plus connaisseurs. Dans la boutique, des modules de dégustation sont mis en place un jeudi sur deux pour découvrir tous les secrets de ce nectar (maximum 20 personnes entre 20 et 45 €) ainsi que des dîners autour d’accords mets et rhums organisés dans les meilleures adresses gastronomiques lyonnaises. Elle n’est pas belle la vie lyonnaise au rhum ?

 

La Maison des Rhums

➔ 78, rue de la Part Dieu – 69003 Lyon Tél : 04 26 65 87 37
lamaisondesrhums.fr

Pas encore de commentaires

Comments are closed

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.
X
preloader