Eva Zion, la rhumerie du 10e arrondissement de Paris.

Ceci pourrait être le titre d’un livre ou d’un film mais c’est pourtant le véritable et incroyable parcours d’Eva, gérante de l’Eva Zion, rhumerie nichée dans le 10e arrondissement de la capitale.

Après huit années d’expérience dans l’univers du bar et après un passage dans le monde culturel, Eva décide de monter sa propre affaire en ouvrant cette rhumerie en mars 2013. Une évidence pour cette Bretonne qui a découvert le rhum en fréquentant dans sa jeunesse l’Atmosphère, une autre rhumerie basée quant à elle à Lannion. « Je me rappelle des milliers de bouteilles de rhum arrangés, de cette ambiance chaleureuse…

C’est ici que ma passion pour le rhum a débuté ». Aujourd’hui, c’est donc Eva qui propose ses nombreuses références de rhums aux clients. « On a entre 70 et 80 références venant aussi bien de Martinique, de Guyane, de Jamaïque, d’Amérique Centrale ou encore d’Asie avec par exemple le Don Papa des Philippines… qui fonctionne d’ailleurs très bien auprès des clients, au même titre que le Diplomatico que je vends beaucoup. » Eva ne cache pas son petit faible pour le Don Papa. « Je trouve que c’est un rhum assez facile à boire pour les filles. J’apprécie aussi beaucoup le rhum Arcane de l’île Maurice, et quelques grandes références pour le Ti’Punch comme le Neisson de Martinique et le Dictador de Colombie, que j’ai découvert récemment ».

La découverte fait d’ailleurs désormais partie de ces hobbies. « J’ai eu la chance d’aller au Rhum Fair l’année dernière et d’y rencontrer plein de professionnels du rhum, d’y déguster et découvrir des nouveautés que je ne connaissais pas et ainsi d’approfondir mon goût et ma culture du rhum. » Résultat ? Eva propose également ses rhums du moment ; de nouvelles bouteilles que le bar teste avant d’intégrer définitivement ou non à la carte. « En ce moment, on a par exemple du Ron Millonario du Pérou, du Ron Barceló Imperial de République Dominicaine ou encore du Ron Varadero de Cuba. »

Des rhums à déguster pur ou à mélanger afin de réaliser de savoureux cocktails comme l’incontournable Planteur ou bien des signatures à l’instar du Salve Regina (jus de mangue, crème de coco, rhum) ou du Mireille (jus de litchi, sirop de menthe, rhum). Entre le Chouchen et le rhum, Eva a donc choisi son camp et elle ne compte pas s’arrêter là puisqu’elle prévoit de voyager pour enrichir davantage encore sa culture du rhum et son bar, le bien-nommé Eva Zion !

Eva Zion

218 Rue Saint Maur, 75010 Paris

Pas encore de commentaires

Comments are closed

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.

Vous devez avoir 18 ans

Merci de confirmer votre âge

X
preloader