Infographies : La distillation continue dans les Antilles françaises

Voici le schéma classique qu’utilise la CTCS pour illustrer la distillation en colonne aux Antilles françaises.

Il existe de nombreuses variations sur ce même thème et les colonnes ont des noms aussi évocateurs que Savalle, Barbet, Créole … Dans la colonne, équipée de plateaux (voir schéma ci-dessous), les évaporations des substances volatiles se font par barbotage. C’est assez simple à comprendre : l’eau pure bout à 100°C, l’alcool à 78,4°C, il suffit donc d’être entre les deux pour emmener plus d’alcool que d’eau, la distillation est donc une concentration.

infographie-colonne-distillation

Les plateaux sont des plaques métalliques perforées avec des rebords autour des trous (voir schéma ci-dessous). La phase liquide qui les remplit est alimentée par gravité : vin en partie épuisement, rétrogradation (pseudo-rhum) en partie concentration.

infographie-plateau-rhum

Une fois la couche due au rebord dépassée, il y a par trop plein descente dans le plateau inférieur. La phase vapeur suit le chemin inverse. Elle est lâchée avec une légère pression en bas de colonne, elle va amener la température (pour être entre 78,4 et 100°C) et le flux vertical. Elle prend le chemin le plus court donc les trous de plateaux. Là elle rencontre des cloches ou des tunnels qui l’empêchent de continuer verticalement et qui rabattent la vapeur dans la couche de liquide créé par le rebord : c’est le barbotage où toute substance plus volatile et plus soluble dans l’éthanol que l’eau va être extraite.

Pas encore de commentaires

Comments are closed

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.
X
preloader